La procrastination intelligente

Clèves - Jeudi 12 septembre 2019

Bonjour, 

Aujourd'hui, je voulais te parler d'un sujet qui me tient à coeur et qui te concerne peut-être, j'ai nommé la « procrastination intelligente ».

Cette expression a l'air d'un oxymore car les connotations des deux mots qui la composent sont antinomiques. « Procrastination » a une connotation négative et « intelligente » une connotation positive.

Alors, qu'est-ce que cela veut dire exactement ? 

Pour moi, une personne qui procrastine intelligemment est une personne qui agit et qui agit même beaucoup. Pourtant, ce qu'elle fait apporte bien peu de résultats. Bien qu'elle passe bel et bien à l'action massivement, elle ne le fait pas de façon stratégique.

Voici deux exemples pour illustrer cette expression plus précisément.

Dans le premier cas, Jean est un étudiant qui a un oral d'anglais coefficient 1 à préparer en trois jours ainsi qu'une dissertation coefficient 7 de droit constitutionnel. Jean sait qu'il a du mal en droit et repousse au plus loin le commencement de sa dissertation. Cela ne veut pas forcément dire qu'il ne fait rien. En réalité, il passe beaucoup de temps à peaufiner les moindres détails de son futur oral d'anglais. Dans ce cas précis, passer 2 heures de plus sur un oral déjà bien préparé, n'aura pratiquement aucun impact dans la moyenne générale finale de Jean. Alors que ces 2 heures, si bien utilisées, peuvent avoir, au contraire, un impact conséquent sur sa moyenne générale. Jean, repoussant au maximum une des tâches les plus importantes dans la réussite de son semestre, se donne en fait bonne conscience en travaillant sur autre chose. Il procrastine donc intelligemment. 

Dans le deuxième cas, nous avons Laure qui souhaite créer son entreprise en ligne et vendre des formations à son audience. Sa plus grande peur est de vendre et d'être prise pour une personne abusant de la confiance de ses abonnés. Elle travaille beaucoup sur la création de son contenu, donne beaucoup de valeur sur ses différents réseaux sociaux et arrive à se créer une belle communauté. Pourtant, plusieurs mois après avoir commencé, elle repousse toujours le moment de commencer à préparer sa première formation et de la vendre. Elle agit, elle aussi, beaucoup mais ne fait pas les 20% des actions qui peuvent lui apporter 80% des résultats, comme passer 2h par jour à travailler sur sa future formation, la tourner et la mettre en ligne. À la place, elle passe ces 2 heures à retoucher une photo Instagram et à en écrire la légende. Laure, elle aussi, procrastine donc intelligemment.

Dans ces deux exemples, ni Jean, ni Laure ne sont des personnes fainéantes. Ce sont même, en fait, des personnes très motivées et souhaitant faire de leur mieux avec la meilleure volonté du monde. Mais la stratégie leur manque et surtout la peur les bloque. Peur d'écrire n'importe quoi et d'avoir une mauvaise note pour Jean et peur de vendre pour Laure.

Pourtant, tu l'as compris, ces comportements ne sont ni efficaces ni stratégiquement de bons choix, car dans les deux cas, ces personnes devront bel et bien s'y mettre et cela sera fait dans l'urgence et le stress, plutôt que dans la réflexion et le calme. 

La procrastination intelligente est, en fait, souvent liée au perfectionnisme et même à l'auto-sabotage et peut ainsi avoir des conséquences très néfastes dans l'accomplissement de tes objectifs.

Alors pose-toi la question de ce que tu procrastines et quelles sont les actions que tu fais pour combler le temps que tu ne passes pas à travailler dessus, et mets-en place le minimum d'actions qui t'apporteront le maximum de résultats. 

Si cet e-mail t'a aidé, n'hésite pas à m'en faire un retour. 

Je te souhaite une excellente soirée. 

Et surtout n'oublie pas: Surmotive-toi au quotidien !

Je te dis à demain,

Flaminia.