5 villes non-françaises dans lesquelles j’ai habité #2

Salut les Surmotivés, je vous retrouve aujourd’hui dans un nouvel article qui est le deuxième d’une série de 5 dans lequel je vous partage mon expérience dans 5 villes non françaises dans lesquelles j’ai passé plus de 3 mois.

Le but n’est pas de faire une liste de ce que j’y ai fait mais de vous raconter quelques anecdotes et de vous retransmettre comment je me suis sentie dans ces endroits où j’ai vécu.🙂

Pise: septembre 2013 - décembre 2013

En 2013, ma mère a décidé de passer un trimestre à Pise en Italie pour des raisons professionnelles. Elle m’a alors embarquée, ainsi que mon frère, pour ces quelques mois à l'étranger. 

L'objectif était que nous découvrions un nouveau mode d'enseignement et que nous apprenions les bases de l'italien.

En septembre 2013, je commençais la Seconde et au lieu de faire ma rentrée dans mon lycée havrais, je l'ai ainsi effectuée au lycée classique Galileo Galilei. 

Cela paraît assez facile écrit comme cela, mais je me rappelle que l'inscription a été une période assez compliquée. En arrivant là-bas début septembre, nous n'avions qu'une dizaine de jours pour trouver un lycée qui veuille prendre une élève ne parlant pas italien et pour seulement quatre mois.

En Italie, les lycées sont différents en fonction de leur spécialité: classique, scientifique, linguistique, artistique, musical et des sciences humaines.

J'ai en premier tenté mon coup dans le lycée linguistique de la ville. Après quelques discussions avec la direction, ceux-ci ont accepté que je m'inscrive mais je me suis sentie mal à l'aise et j'ai décidé que je ne voulais pas poursuivre dans cet établissement-là.

J'ai ensuite tenté ma chance au Liceo Statale Classico Galileo Galilei. Les lycées classiques sont assez difficiles à intégrer car sont considérés comme les meilleurs et se veulent alors plutôt sélectifs. La raison pour laquelle ils m'ont acceptée est que j'avais fait un an de grec ancien en 3ème et cela avait beaucoup d'importance pour eux, le grec ancien étant une matière obligatoire dans ce type de lycée.

Puis, vint le moment de se procurer les manuels scolaires. En Italie, ceux-ci ne sont pas fournis mais doivent être achetés. Un business s'est alors créé autour de l'achat-revente de manuels et la marque la plus connue pour cela est « Libraccio » qui a plusieurs boutiques dans le pays. 

Et le 11 septembre les cours commençaient, en voici une photo:


Depuis le début de l'article, je n'ai exclusivement parlé que des études et du lycée. La raison est simple à cela: j'ai beaucoup travaillé pour les cours pendant ce trimestre.

Je devais apprendre l'italien, me faire des amis, suivre en classe et faire mes devoirs. Les trois premières semaines ont été assez compliquées mais je me suis plutôt bien acclimatées par la suite.

Les cours étaient du lundi au samedi de 8h à 13h. Nous étions 19 élèves et tout le monde s'appelait par son nom de famille. Pour les autres, cette année était la deuxième de leur lycée, car ils en ont quatre ans au total et trois de notre « collège ».

Si vous souhaitez plus d'informations à propos de mon expérience de lycéenne à l'étranger, n'hésitez pas à aller voir la vidéo que j'ai faite à ce sujet:

En ce qui concerne Pise en elle-même, la ville est assez calme et agréable. Je suis montée dans la fameuse tour penchée et me suis souvent promenée sur la rue piétonne principale remplie de magasins.

Une des choses dont je me rappelle et qui était parfois ennuyante, était les nombreuses grèves des transports en commun qu'il y avait. Je devais prendre le bus pour aller en cours et je me suis plus d'une fois retrouvée dans une situation délicate car aucun bus ne passait... Si l'on pense que les Français aiment faire la grève, je peux affirmer que les Italiens aussi. 


Sinon, lors de certains week-ends, nous prenions le temps de visiter les autres villes de Toscane. J'ai particulièrement aimé la ville de Lucques, où se trouve la maison natale de Puccini ainsi que Vinci, où est né Léonard de Vinci.
Comme vous pouvez vous en douter, le trimestre est passé à une vitesse folle et le temps de quitter le lycée et la ville est vite arrivé. 

Je ne suis jamais retournée en Italie depuis mais je compte bien revenir voir la Toscane qui est une région magnifique où mille choses sont à découvrir.

Ce petit retour d'expérience est par définition personnel et ne se veut pas représentatif de la ville. Ce sont juste quelques fragments de vie que je souhaite partager. Je vous retrouve en tout cas la semaine prochaine pour le troisième article de cette série dans lequel je vous partagerai une autre ville dans laquelle j'ai habité. 😉