Ma vie à Taipei

Salut les Surmotivés, je vous retrouve aujourd’hui pour le cinquième article de la série « Ma vie à » dans laquelle je partage avec vous mon expérience dans différentes villes non françaises dans lesquelles j’ai passé plus de 2 mois.

Le but n’est pas de rédiger une liste de ce que j’y ai fait mais de vous raconter quelques anecdotes et de vous retransmettre comment je me suis sentie dans ces endroits où j’ai vécu. 🙂

Taipei - Taïwan : août 2018 - janvier 2019

J’ai débarqué à Taipei à la fin du mois d’août 2018, après 3 mois en Chine et une semaine en Corée.

J’étais là pour un semestre d’échange à la National Taiwan University en partenariat avec mon école française, l’European School of Political and Social Sciences au sein de l’Université Catholique de Lille. Ainsi, la plupart de mon séjour peut se résumer à mon expérience universitaire, que je vous ai déjà détaillée dans un article précédent sur le blog.

En fait, mes journées se ressemblaient toutes plus ou moins. Je me réveillais habituellement vers 6h30 pour aller à la salle de sport et pour me rendre à mon cours de chinois journalier de 8h à 10h. Puis, j’avais soit d’autres heures de cours pour mes 3 autres matières, soit du temps libre pour mes devoirs et activités.

En 6 mois, j’ai visité pas mal de musées et de quartiers de la ville. J’ai particulièrement aimé la célèbre et animée rue Ximen, les gondoles Maokong et le musée national du Palais, qui abrite près de 700 000 pièces d’art chinois.

J’ai aussi adoré tester toutes sortes de mets taïwanais comme le « tofu puant », les xiao long bao du restaurant Din Tai Fung, le bubble tea sans lait (un pur délice !!), les plats à emporter du buffet près de chez moi « Buddha Vegetarian Paradise » ou ceux des nombreux « night markets » de la ville. Vous pouvez d’ailleurs retrouver tout cela en vidéo dans ma playlist « Taïwan 2018 » si cela vous intéresse.

Taipei, bien qu’étant une capitale, est très calme et agréable. Il y a certes les bruits habituels de voitures et des scooters mais très peu de cris ou de bousculades. Si vous prenez le métro, vous serez surpris d’entendre la musique classique qui y est diffusée ainsi que de voir les personnes faisant la queue avant de rentrer dans leur rame.

Également, j’ai été particulièrement marquée par la gentillesse des taïwanais. Dès que je posais une question à une personne, celle-ci se démenait pour m’aider, toujours avec sourire et humilité. Il faut savoir que le niveau d’anglais des taïwanais est généralement bon, ce qui est, d’après mon expérience, en grand contraste avec celui des chinois. Il a ainsi été plus facile pour moi de me lier d’amitié avec certains élèves de mon université. Nous avons, par exemple, fêté Noël et le nouvel an ensemble, ce qui reste des moments que je n'oublierai pas de si tôt. Je regrette toutefois de ne pas avoir pris plus les devants pour rencontrer d'autres étudiants taïwanais, qui sont généralement timides de prime abord mais toujours adorables et amicaux.

Pour terminer, je tenais à évoquer la météo. Bien qu'il fasse relativement chaud en automne et en hiver, il faut se préparer à la saisons des pluies si vous vous y rendez de septembre à novembre. Il m'est déjà arrivée de me retrouver entièrement trempée en quelques secondes et de ne pas être près de chez moi. Comme ça, vous êtes prévenus. 💧

Vivre à Taipei a globalement été une très belle expérience et j’aimerais beaucoup y retourner. Si je m'y rends de nouveau, je partagerai tout cela avec vous sur ma chaîne YouTube, alors n'hésitez pas à vous y abonner. 😊

J'espère en tous cas que cet article vous a plu et je vous dis à très bientôt !

Flaminia Infopreneuriat.